Monday, June 26, 2017

Les bébés ne font pas de distinctions par espèce: Ils sont intéressés à apprendre des humains, des primates, et peut-être des chiens?

Les bébés apprennent rapidement. Ils sont biologiquement prêts à s'intéresser à la communication sociale, en particulier les discours humains et les visages. Probablement reflétant nos origines évolutionnaires rapprochées, les nouveau-nés et les jeunes bébés montrent une attention équivalente pour les vocalisations humaines et primates et ils peuvent également reconnaître les visages des humains individuels et des primates. En utilisant les systèmes cérébraux établis avant la naissance, les bébés apprennent facilement de leur expérience avec les visages et la parole en accordant leur attention aux types de visages qu'ils voient et aux langages qu'ils entendent. Lorsqu'on leur demande à apprendre des visages qui communiquaient avec eux, ils utilisaient les signaux communicatifs des visages préférés et ignorent les signaux communicatifs des visages qu'ils préférent moins (1). Bien que les primates soient nos proches, du point de vue de l'évolution, ils ne sont peut-être pas les seules espèces non-humaines dont nous sommes prêts à donner notre attention. Malgré les différences génétiques, physionomiques, et en manière de vocalisation, nous avons passé des milliers d'années à évoluer parallèlement avec les chiens. Cela soulève la question: est-ce que nous sommes également génétiquement prêts à accorder notre attention aux chiens et à apprendre de ceux-ci?

L'idée d'apprendre des chiens ou démontrer un avantage d'apprentissage venant d'un foyer avec un chien n'est pas déraisonnable. Même si les bébés n'apprennent pas directement de leurs compagnons canins, avoir un chien à la maison peut changer la dynamique de la famille pour mieux soutenir l'apprentissage précoce. Par exemple, les bébés dans les familles avec des chiens seraient exposés à une plus grande quantité de discours lent et heureux (utilisé tant avec les chiens, qu'avec les bébés; 2). Ce type de discours aide les bébés à identifier les mots (3). De plus, les membres de la famille seraient moins stressés s'ils interagissent régulièrement avec un chien (4). La réduction du stress améliore la qualité des aptitudes parentales (5), ce qui  aide les bébés à apprendre. En plus de ces avantages indirects potentiels, il existe également des avantages plus profonds et plus directs d’inclure un chien dans la famille.

Les bébés excèle à profiter des opportunités d'apprentissage. À la naissance, les bébés s'intéressent au langage humain et aux sons des primates, mais pas à d'autres sons non-verbaux (6). Cela suggère une certaine préparation évolutive pour apprendre de la parole primate ou mammifère. La coévolution chien-humain peut avoir aboutie à la possibilité que les aboiements de chien changent pour utiliser les sections de langage dans le cerveau humain ou que le cerveau humain a changé pour répondre aux aboiements de chien. Les questions de savoir si les sections de langage dans le cerveau des nouveau-nés répondent à la parole humaine ainsi que les aboiements de chien n'ont pas encore été étudiées.

Après avoir réglé leur cerveau et leur attention aux expériences pertinentes pour l'apprentissage, les bébés commencent à utiliser ces expériences pour comprendre la communication. Cela commence par apprendre à lier les sons qu'ils entendent avec les visages qu'ils voient. Les bébés peuvent identifier le lien entre les visages et les voix humaines qui sont heureuses et qui parlent (7 et 8); lorsqu'on leurs montre deux visages côte à côte, les bébés dirigent leur attention au visage qui correspond à l'émotion de la voix qu’ils entendent. Ils peuvent également faire correspondre les visages et les vocalisations (9). Même sans avoir un chien à la maison, les bébés peuvent identifier le lien entre l'émotion dans les visages et les aboiements des chiens (10). Curieusement, les chiens font également le lien entre les émotions dans les visages et le discours des êtres humains (11). Dès les premiers âges, il semble que les bébés soient préparés pour comprendre la communication de nombreuses espèces, y compris des chiens.

Bien que l'humain soient la seule espèce ayant le langage parlé, les bébés semblent disposés à utiliser des sons humains et non humains pour soutenir l'apprentissage. Apprendre de ce que la mère, le père et les autres personnes disent et font est typique. En s'appuyant sur cette expérience, les bébés apprennent rapidement les sons des objets communs (12). Ils peuvent également utiliser une expérience moins typique - les bébés sont capables d'utiliser des sons de singes pour soutenir l'apprentissage des catégories d'objets (13). Bien qu'aucune étude ne l'ait encore examiné, il est possible que les bébés puissent également utiliser les vocalisations de leurs amis canins pour soutenir leur apprentissage.

Toutes ces raisons plaident en faveur d'une plus grande recherche pour mesurer les avantages potentiels d'avoir un chien à la maison pour les jeunes familles. Au-delà des avantages connus pour les enfants et les adultes, il existe de nombreuses raisons de s'attendre à ce que les bébés bénéficient également de leur copain canin. La capacité des bébés à comprendre les émotions des chiens suggère une capacité innée à apprendre de ceux-ci. Si les chiens améliorent la communication dans la maison, les expériences améliorées et la capacité d'utiliser des vocalisations non-humaines pour favoriser la catégorisation des objets suggèrent que les chiens offrent des bénéfices d'apprentissage précoces. Nous attendons des recherches intéressantes et créatives pour approfondir notre compréhension de la façon dont une "soeur" épagneul ou un "frère" bouledogue peut améliorer les possibilités d'apprentissage précoce pour les bébés.


Pour en savoir plus ou pour collaborer, veuillez communiquer avec Nicole Sugden par courriel nsugden@mail.ubc.ca.

No comments:

Post a Comment